Quelle préparation physique pour les sports de combat chez LSA ? – Partie 2

Photo : Peter LIGIER – EuropeanBeatDown 3, by One Punch.

Dans la partie 1 de ce dossier sur la préparation physique pour les sports de combats chez LSA (A LIRE ICI) nous avons posé les contours de la philosophie LSA.
Dans cet article nous allons aborder l’aspect de la réduction des risques de blessure.
Pourquoi est-ce notre objectif principal ?

1/ Un combattant qui s’entraîne plus souvent en bonne santé aura plus de chance de développer ses compétences, son art.

2/ Rester en bonne santé permet de prolonger la durée de pratique, de compétition, et de carrière professionnelle.

3/ Pour nos combattants professionnels, être régulièrement blessé, ne pas honorer les engagements envers les organisations, n’aide pas à construire une carrière sur le long terme.

Quelles sont les blessures les plus fréquentes ?
En compétition, sans surprise, les disciplines de percussions présentent principalement des blessures au visage et à la tête. Tandis que les disciplines de lutte-soumission présentent des blessures articulaires (coude et genou).
Cependant, selon les disciplines, 70 à 90% des blessures surviennent à l’entraînement. Au MMA, ce phénomène étant accentué par la popularité grandissante de ce sport, et l’arrivé de pratiquant sédentaire dans ce sport.

Comment procédons-nous chez LSA pour réduire les risques de blessures ?

Tout d’abord, nos cours de sports de combat sont à visées tactiques et stratégiques. Il n’y a pas de pseudo préparation physique avant séance. Il y a bien un échauffement général puis spécifique. Mais pas de circuit training / cross training qui laisserait certains pratiquants épuisés et donc plus susceptibles de se blesser.

Ensuite, tous les adhérents peuvent bénéficier d’un programme de préparation physique individualisé. L’objectif peut-être de mieux tenir les séances et de prendre plus de plaisir à la pratique des sports de combat, ou bien dans une recherche de performance pour nos compétiteurs ou combattants professionnels. Cela est inclus dans l’abonnement.

De plus, ces programmes intègrent des exercices spécifiquement choisis pour résoudre les problématiques spécifiques à chacun dans la réduction des risques de blessures. Mobilité, gainage, renforcement musculaire spécifique, etc.

D’autre part, préparateurs physiques et instructeurs de sports de combat travaillent en étroite collaboration. Ils mettent en place des plannings d’entraînements les plus efficaces possible. Avoir 81h d’ouverture avec supervision des préparateurs physiques, ainsi que des cours de sports de combats matin, midi, après-midi et soirée, offre une grande flexibilité et un suivi de la charge d’entraînement du sportif.
Nous faisons également des recommandations aux combattants sur les choix les plus efficaces dans d’agencement des séances de préparation physique dans la semaine ou dans la journée. Nombre d’entre eux font face à des plannings personnels changeants et nous faisons de notre mieux pour leur proposer des solutions pratiques, flexibles et performantes. Ceci pour tous les niveaux de pratique.

Enfin, une attention particulière est faite pour permettre aux combattants de participer aux séances de Sparring dans un état de fraîcheur physique. Une fatigue physique et mentale étant associée à une augmentation des coups reçus.

Comme vous pouvez le constater, chez LSA nous privilégions une approche multifactorielle impliquant l’ensemble de l’équipe d’encadrement.

 

Références :

Injuries Sustained by the Mixed Martial Arts Athlete – Andrew R. Jensen & coll. – Sports Health. 2017 Jan-Feb; 9(1): 64–69

The Epidemiology of Injuries in Mixed Martial Arts – A Systematic Review and Meta-analysis – Reidar P. Lystad, – Orthop J Sports Med. 2014 Jan.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *